Blog

Covid-19 : Un risque sanitaire majeur pour les allergies alimentaires

En cette période très complexe de pandémie, certaines décisions doivent être prises rapidement pour assurer la sécurité, mais aussi l’accès aux éléments essentiels à la population. Malheureusement, certaines de ces décisions peuvent avoir un impact sur la sécurité des consommateurs. Ainsi, un assouplissement de l’affichage des ingrédients sur les produits emballés risque de mettre en danger les personnes ayant des allergies alimentaires.

Des pénuries d’ingrédients causées par le COVID-19

Le problème a été soulevé par L’AFPRAL, Association Française pour la Prévention des Allergies. La crise actuelle du COVID-19 a provoqué une pénurie, ou parfois quelques difficultés d’approvisionnement pour certains ingrédients. Les industriels se sont donc retrouvés en difficulté, le production étant mise à mal parfois pour un simple ingrédient, peut être disponible chez un autre fournisseur que leur fournisseur habituel. Parfois encore, cet ingrédient peut facilement être remplacé par un autre.

Un assouplissement de la réglementation d’affichage des ingrédients

En vue de cette situation, la DGCCRF, qui est le policier de la consommation en France, a décidé d’assouplir (temporairement j’espère) la réglementation sur l’affichage des ingrédients composant les produits industriels. Ainsi, « une différence entre la recette effective et l’étiquetage du produit est désormais tolérée ». L’Association Nationale des Industries Alimentaires précise que « si la modification de la recette a un impact majeur sur la qualité intrinsèque du produit, l’information doit être portée à la connaissance des consommateurs, en rayon ou sur les sites de vente à distance ».

En substance, cela signifie que les industriels peuvent décider de remplacer un ingrédient par un autre. La pénurie peut également les conduire à faire appel à de nouveaux fournisseurs pour se fournir en matières premières. Concrètement, un industriel achetant de la farine dans un moulin ne broyant que du blé, peut décider de commander de la farine chez un autre fournisseur broyant et stockant dans un même lieu de la poudre de noisette. Cette différence pourrait avoir des conséquences très graves sur la santé des personnes souffrant d’allergie aux fruits à coque par exemple.

Si cette démarche semble une nécessité pour permettre aux industriels de maintenir leur activité, et assurer leur mission de continuer à nourrir la population, elle représente également un risque sanitaire majeur pour les personnes souffrant d’allergies alimentaires. Et les mesures de sécurité restent très vagues.

Une pétition pour interpeler les autorités

Les personnes concernées par les allergies alimentaires ont l’habitude de lire scrupuleusement les étiquettes. Il s’agit d’un point essentiel pour assurer leur sécurité. Si cette indication n’est plus fiable, le danger devient réel. C’est pourquoi nous avons décidé d’interpeler la DGCCRF à ce sujet, afin de rendre très claire le fait que les allergènes affichés sur les emballages, comme cela est obligatoire en Europe depuis le décret INCO n°1169/2011, ne sont provisoirement plus garantis. Nous lançons donc une pétition sur le site www.change.org, afin de rassembler le plus grand nombre possible de signatures, et ainsi faire agir les autorités sur ce point essentiel.

Nous demandons à ce qu’une mention définie, claire et précise soit affichée sur les produits ayant été contraints de modifier leurs recettes ou leurs fournisseurs habituels d’ingrédients. La simple mention

« ALLERGÈNES PRÉSENTS NON GARANTIS »

sur les emballages pourraient peut-être sauver des vies. Car, rappelons le, les allergies alimentaires, peuvent provoquer des chocs anaphylactiques mortels, ou des crises d’asthme tout aussi fatales.

Il faut agir vite. Merci de signer cette pétition et de la faire circuler pour éviter que des drames viennent amplifier la crise actuelle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X