Livraison gratuite dès 50€ d’achat

0,00 
No products in the cart.

Les allergies alimentaires

Les allergies alimentaires sont de plus en plus courantes à travers le monde. L’OMS prévoit qu’à l’horizon 2050, la moitié de la population mondiale sera concernée par les allergies. Le nombre d’enfants allergiques a doublé ces 10 dernières années.

9%

9% de la population française s’est vu pronostiquer une allergie alimentaire

Qu’est ce qu’une allergie alimentaire?


L’allergie alimentaire est une réaction immunitaire inappropriée du corps face à un allergène donné. Cet allergène est considéré à tord par le corps comme un élément néfaste. Ainsi, le corps déclenche une réaction de défense, pouvant aller de la simple irruption de boutons cutanés à la réaction anaphylactique pouvant être mortelle.


Il existe des allergies alimentaires dîtes IgE-dépendantes. Cela signifie que le corps produit des Immuno-globulines E, c’est à dire des anticorps qui doivent combattre l’allergène considéré comme dangereux pour le corps. Ce sont donc ces IgE qui provoquent des réactions du corps. En parallèle, il existe des réactions allergiques à certains aliments qui ne sont pas dépendantes de la production de ces IgE. La manifestation la plus courante de ces réaction s’appelle la malabsorption. Dans ce cas, c’est le système digestif qui est atteint, et empêche d’assimiler efficacement les aliments.


sensibilisation à l’allergène



L’allergie à un aliment est provoquée par l’absorption, ou parfois le contact cutané avec cet aliment. Lors du premier contact, le corps identifie l’aliment comme potentiellement dangereux, et apprend en quelque sorte à le reconnaître. C’est ce que l’on appelle la sensibilisation. Lors de ce premier contact, le corps ne provoque pas de réaction allergique.


Par contre, une fois cet aliment identifié, le corps provoquera une réaction lorsqu’il y sera à nouveau confronté. La production des anticorps IgE présentés ci-avant est la réaction la plus courante.


Le premier contact avec l’aliment responsable de l’allergie peut survenir dans la petite enfance, voir même dans le ventre de la mère. La transmission de l’alimentation de la mère à l’enfant par le cordon ombilical peut être un déclencheur. D’autres transmissions sont également surprenantes. En effet, une maman consommant du lait de vache, peut transmettre l’allergène à son enfant lors de l’allaitement, alors même que l’enfant n’est nourri qu’au sein. On parle de contamination indirecte.


Enfin, il arrive que les allergies surviennent spontanément au cours de la vie. Dans ce cas, un aliment, pourtant consommé auparavant, peut être un jour considéré comme dangereux par le corps.


Il faut différencier allergie alimentaire et intolérance. Plus d’infos ici.

Les 14 allergies alimentaires majeures

Même si le nombre d’aliments pouvant potentiellement être source d’allergies est assez large, la communauté scientifique a fait le choix d’identifier 14 allergies alimentaires majeures. La gravité des symptômes de ces allergies sont la raison de la mise en avant de ces aliments en particulier. En voici la liste :


allergie alimentaire au gluten

allergie au gluten

allergie alimentaire à l'arachide

allergie à l’arachide

allergie alimentaire aux protéines de lait de vache

allergie au lait

allergie alimentaire aux oeufs

allergie aux oeufs

allergie alimentaire aux fruits à coque

allergie aux fruits à coque

allergie alimentaire aux mollusques

allergie aux mollusques

allergie alimentaire aux fruits de mer

allergie aux fruits de mer

allergie alimentaire à la moutarde

allergie à la moutarde

allergie alimentaire au poisson

allergie au poisson

allergie alimentaire au céleri

allergie au céleri

allergie alimentaire au soja

allergie au soja

allergie alimentaire aux sulfites

allergie aux sulfites

allergie alimentaire au sésame

allergie au sésame

allergie alimentaire au lupin

allergie au lupin

Les différents symptômes de l’allergie alimentaire



La réaction immunitaire du corps face à l’allergène va provoquer des symptômes agissant sur différentes fonctions du corps. On en différencie principalement 5 types, avec des symptômes variés :



  • Les symptômes cutanés :


Assez semblables aux allergies non alimentaires, les réactions cutanées aux allergies alimentaires se présentent sous la forme de boutons, d’eczéma, de rougeurs et démangeaisons, voire même de gonflement de certaines parties du corps.



  • Les symptômes digestifs :


Dans ce cas, l’absorption de l’allergène provoque des dysfonctionnements du parcours digestif, et provoque des maux de ventre, des coliques et diarrhée, et parfois même des nausées et vomissements



  • Les symptômes respiratoires :


L’allergie peut provoquer une gène respiratoire, une sensation d’étouffement, une respiration sifflante, et va même jusqu’à provoquer des oedemes de Quincke et de l’asthme.



  • Les symptômes cardiovasculaires :


La réaction peut être le ralentissement des pulsations cardiaques, entraînant un blanchissement de la peau, un étourdissement, voir même la perte de conscience.



  • Les symptômes systémiques :

Il ne s’agit pas réellement d’une catégorie de symptômes mais l’association de plusieurs symptômes listés ci-avant pouvant entraîner un dysfonctionnement généralisé des fonctions vitales du corps. Il s’agit dans ce cas de chocs anaphylactiques qui peuvent entraîner la mort de la personne allergique.


Toutes les allergies alimentaires ne provoquent pas l’ensemble de ces symptômes, c’est pourquoi nous avons fait le choix de détailler les symptômes propres à chaque allergie sur les pages dédiées.

Identifier une allergie alimentaire


Il existe 3 manières d’identifier une allergie alimentaire :


Le test cutané (ou Prick Test) :

Celui-ci consiste à appliquer un extrait de l’aliment suspecté sur la peau. On observe ensuite la réaction cutanée provoquée ou non par ce contact. La mise en rapport entre la dose appliquée et la taille de la réaction permet une première estimation de l’importance de la réaction allergique. Ce test doit obligatoirement être effectué par un professionnel de santé, et plus particulièrement un allergologue. Le patient doit rester au cabinet afin d’être à même de contrer toute réaction importante provoquée par ce test. Le Prick Test n’est pas pratiqué lorsque l’on soupçonne la présence d’un risque de choc anaphylactique.

Le test de provocation orale

Il s’agit de faire ingérer une infime quantité de l’allergène au patient, en milieu hospitalier, et de constater la réaction provoquée par cette ingestion. Par définition, ce test a pour but de provoquer l’allergie pour la confirmer. Sa fiabilité est totale, mais il est peu pratiqué car dangereux pour le patient, qui se retrouve en situation de crise d’allergie, et subit les symptômes associés, potentiellement minimisés par la faible quantité d’allergène ingérée, mais bien réels.

Le dosage sanguin des IgE (ou Rast)

Il s’agit d’une prise de sang qui permet d’analyser les taux de

concentration des IgE spécifique pour évaluer le risque allergique du

patient. Ce test n’est pas invasif et permet d’éviter toute provocation

de réaction chez le patient, mais il présente l’inconvénient de ne

pouvoir identifier que les allergies IgE dépendantes.

Traitement de l’allergie alimentaire


Si l’allergie alimentaire touche de plus en plus de personnes à travers le monde, on constate également que la médecine fait d’énormes progrès pour l’accompagner, et voire parfois même, pour la soigner.



L’éviction totale


Lorsqu’une allergie alimentaire est identifiée, la première mesure à prendre est l’éviction totale de l’allergène. Ainsi, il est essentiel de retirer complètement l’allergène de l’alimentation de la personne concernée, et ceci pour 2 raisons :


  • La première raison, évidente, est d’éviter à la personne allergique de subir les symptômes de son allergie.
  • La seconde raison de cette éviction est le fait de faire en quelque sorte oublier l’allergène au corps. S’il n’est pas confronté à l’allergène, le corps va réduire, voir stopper sa production d’anticorps, responsables des symptômes de l’allergie. Si, dans de rares cas, cela permet finalement de faire disparaître l’allergie, le but
  • principal de cette démarche est de pouvoir ensuite procéder à une réintroduction de l’allergène dans l’alimentation.


L’éviction totale nécessite une vigilance, et une lecture précise des composants de chaque aliment. C’est un mal nécessaire mais clairement fastidieux et chronophage.

Cette éviction étant susceptible de créer des carences nutritionnelles, il est essentiel de bien se faire accompagner par son allergologue dans sa mise en place.


La réintroduction en milieu hospitalier


Si cette pratique n’est pas encore accessibles pour les 14 allergies alimentaires majeures (nous indiquons sur chaque page d’allergie si celle-ci existe), de plus en plus d’allergies bénéficient de cette possibilité.


Il s’agit d’offrir au patient la possibilité, suite à une éviction totale réussie, de réintroduire progressivement l’aliment problématique dans son alimentation. Cette démarche est mise en place en milieu hospitalier, sous la surveillance d’un allergologue.


Le patient se voit administrer des micro-doses de son allergène. Les doses sont d’abord rapidement augmentées, tout en restant en quantité infime, afin d’éviter les risques de symptômes graves. Ces doses sont adaptées à chaque patient pour atteindre le niveau d’allergène normalement déclencheur de l’allergie.


Le fait d’augmenter assez rapidement les doses évite que le corps n’ait le temps de produire les anticorps pour lutter contre les protéines incriminées.


Suite à une phase de réintroduction en milieu hospitalier réussie, le patient devra suivre, en autonomie chez lui, une phase de stabilisation, c’est à dire une période de consommation régulière de l’allergène en quantité définie.


Cette procédure obtient de très bons résultats, et, dans les cas où le corps ne devient pas désensibilisé à l’allergène, il apparaît que le seuil de tolérance est très souvent repoussé, permettant par exemple de pouvoir consommer les produits contenant uniquement des traces de l’allergène.



Cependant, cette démarche n’est pas sans risque, et c’est la raison pour laquelle elle est effectuée en milieu hospitalier. En effet, il arrive que certains patients réagissent à l’allergène absorbé, provoquant les symptômes de son allergie, pouvant aller jusqu’au choc anaphylactique. Le cadre hospitalier permet de prendre en charge le patient en crise rapidement, pour lui administrer le traitement adéquat au plus vite.


Cela va sans dire qu’une réintroduction d’un aliment auquel ont est allergique ne peut se faire seul à la maison.


Des médicaments pour guérir les allergies alimentaires


Il existe un réel espoir à court terme pour les patients atteints d’allergies alimentaires, car de nombreux laboratoires travaillent actuellement sur des médicaments pouvant soigner les allergies alimentaires. Le tout premier traitement contre l’allergie à l’arachide vient d’être validé par la FDA (Food and Drugs Administration) début 2020. Il s’agit d’un traitement au long cours passant par la prise de pilules microdosées de l’allergène se basant sur le même principe que la réintroduction en milieu hospitalier.


D’autres projets sont à l’étude, comme par exemple des patchs de diffusion lente de l’allergène par un laboratoire français, ou encore le développement d’un vaccin contre certaines allergies alimentaires.


Depuis le début des années 2000, les laboratoires pharmaceutiques ont accéléré leurs recherches et les résultats obtenus sont très encourageants.

Traitement d’urgence des allergies alimentaires



Les allergies alimentaires peuvent avoir des conséquences plus ou moins graves selon la sensibilité du patient. Une simple éruption cutanée, aussi désagréable soit elle, ne nécessitera pas le même traitement qu’un choc anaphylactique.


Seul un allergologue pourra vous établir un protocole à suivre pour traiter les symptômes d’une allergie alimentaire.


Les symptômes les plus bénins pourront être contrôlés par la prise d’antihistaminiques qui bloqueront les réactions immunitaires inappropriées.


Les difficultés respiratoires, notamment lorsqu’elles sont associées à de l’asthme, nécessiteront la prise de bronchodilatateur afin de libérer les bronches et permettre au patient de récupérer une respiration normale.


Par contre, dans le cas d’un choc anaphylactique, il est nécessaire d’agir en urgence, car la vie du patient en dépend. Le traitement est alors la prise en urgence d’une dose d’adrénaline, généralement prescrite sous forme de stylo auto-injectable.



Dans tous les cas, si les symptômes semblent atteindre une fonction vitale de la personne allergique, il faut sans attendre appeler le 15 pour être accompagné dans les bons réflexes, et garder son calme pour pouvoir agir efficacement et rapidement.



Les allergies alimentaires ne sont en général pas anodines et nous comptons chaque année quelques décès de patients. La prise en charge rapide et adaptée peut donc sauver des vies.



Deux statistiques très parlantes prouvent que les risques ne sont pas anecdotiques, et qu’il faut prendre très au sérieux le suivi d’une personne allergique :

1 enfant sur 4 asorrbe son allergène alimentaire chaque année

1 personne allergique sur 4 absorbe accidentellement son allergène chaque année


90pourcent des absorptions d'allergènes arrivent en dehors de la maison

Les absorptions accidentelles de l’allergène arrivent 90% du temps en dehors de la maison


Étiquetage obligatoire des produits contenant les allergènes majeurs


Les 14 allergènes majeurs listés précédemment font l’objet d’une obligation de déclaration sur les emballages des produits au regard du décret européen INCO n°1169/2011. Ce décret mentionne que ces 14 allergènes majeurs doivent apparaître clairement, et distinctement sur l’emballage des produits de consommation. La formulation doit être claire, explicite, c’est à dire indiquée par  sa réelle appellation, et se distinguer des autres ingrédients.

étiquette-affichage des allergènes alimentaires-1
étiquette-affichage des allergènes alimentaires
étiquette-affichage des allergènes alimentaires-3

Ce décret a été complété en 2015 par le décret n°2015-447 qui impose l’indication de présence d’allergènes sur le lieu de vente, à proximité du produit concerné, pour tous les aliments non emballés.

Les traces d’allergène

L’ingrédient allergène est parfois un composant de la recette du produit. Dans ce cas, les conditions précisées ci-avant s’appliquent. Mais il existe également un risque de contamination indirecte d’un produit alimentaire. Ainsi, l’allergène ne fait pas partie des ingrédient de la préparation, mais peut cependant se trouver

involontairement dans la préparation. Cela arrive lorsque d’autres préparations alimentaires sont produites, stockées, ou transportées dans un même lieu. Le décret INCO précise que les producteurs doivent dans ce cas être attentifs, et signaler la possibilité de ces contaminations indirectes. C’est ce qu’ils font, au travers des indications de type : “peut contenir des traces de…”, “produit dans une usine manipulant des…”.

La formulation n’a pas été réglementée mais les industriels notamment jouent clairement le jeu pour éviter tout risque de procédure juridique en cas d’ingestion accidentelle par un client d’un allergène non signalé sur l’étiquetage.

L’allergie alimentaire chez l’enfant


Parce que leur système immunitaire est en plein développement, les enfants sont plus touchés par les allergies alimentaires que les adultes.

La sensibilisation à un allergène peut débuter dès le développement de l’enfant dans le ventre de sa mère. En effet, l’alimentation de la mère peut provoquer la mise en contact de l’enfant à naître avec l’allergène, et provoquer sa sensibilisation.

L’allaitement suit le même raisonnement, et peut provoquer la sensibilisation à un allergène par transmission indirecte. Par exemple, un enfant exclusivement allaité peut faire une réaction allergique au lait de vache parce que sa mère en consomme.

Cependant, certaines allergies, si elles sont encadrées par une éviction totale efficace, peuvent disparaître lorsque l’enfant grandit, sans traitement particulier. (Pour chaque allergie, cette information est précisée sur la page dédiée de notre site). Le corps “apprend” que l’aliment n’est pas nocif et arrêt de le combattre par réaction

immunitaire.

Il est parfois difficile d’identifier une allergie chez l’enfant, car les symptômes sont assez semblables à d’autres réactions plus habituelles. Cependant, les selles anormales, ou les plaques d’eczema récurrentes peuvent inciter à consulter rapidement un allergologue. Ce suivi peut également permettre d’identifier rapidement un asthme en développement et de le traiter au mieux, pour éviter toute réaction incontrôlée pouvant parfois avoir une issue dramatique.

Les enfants doivent un jour ou l’autre se confronter à la collectivité. Cette étape est importante, et un facteur de stress très important pour les familles lorsque l’on sait que 90% des absorptions accidentelles d’un allergène arrive en dehors de la maison. C’est pourquoi l’allergologue met en place un Projet d’Accueil Individualisé (PAI) qui explique la procédure à suivre en cas de réaction allergique. Ce document doit être remis et présenté attentivement à toutes les personnes qui seront en charge de l’enfant en dehors de ses parents (crèche, école, centre de loisirs, séjour linguistique, centre de vacances, assistante maternelle, etc). Le PAI s’accompagne des médicaments nécessaires au traitement des réactions allergiques, avec la posologie adaptée.

Les allergies alimentaires à l’école

A l’école, le PAI doit être présenté au plus tôt à l’ensemble des personnes pouvant avoir en charge l’enfant allergique. Les procédures sont présentées par le médecin scolaire, en présence des parents. Cette étape ne doit pas être prise à la légère car elle assure la bonne transmission de l’information pour que le personnel d’encadrement sache comment agir en cas de crise d’allergie. Cette réunion de présentation peut potentiellement sauver la vie d’un enfant allergique.

Les allergies alimentaires à la cantine

Lorsqu’un enfant ayant une allergie alimentaire doit aller à la cantine, l’établissement est en droit de demander aux parents de fournir le repas. C’est d’ailleurs le cas la plupart du temps, sauf quelques exceptions d’établissements ayant des menus sans allergènes. L’école doit également mettre à disposition des personnes encadrant l’enfant, un réfrigérateur et un micro-onde dédié, pour éviter toute contamination indirecte accidentelle. Il peut aussi être demandé à la famille de

l’enfant de fournir les couverts. En salle, une personne doit être désignée pour surveiller la bonne prise de repas de l’enfant, et empêcher les échanges de denrées alimentaires avec ses camarades.

Faciliter la gestion des allergies alimentaires chez l’enfant

Il existe différents outils qui vous permettent de gérer au mieux le quotidien d’un enfant allergique. Qu’il s’agisse de prendre ses repas, d’informer son entourage de sa pathologie ou de conserver ses médicaments, des solutions ont été développées pour vous simplifier la vie :

pull bébé allergie alimentaire

Vêtements de prévention pour les enfants allergiques

Allergies alimentaires au restaurant


Le décret 2015-447 cité ci-avant précise que les restaurateurs ont l’obligation de mettre à disposition de leurs clients la liste des allergènes majeurs contenus dans leurs préparations. Cet affichage ne doit pas obligatoirement se faire sur le menu, mais tout client qui le demande doit pouvoir consulter cette liste.

Dans les faits, tous les restaurants ne mettent pas en place ce type de liste, et notamment les restaurants dont la carte change régulièrement, voire quotidiennement.

S’il est parfois gênant de paraître insistant, l’expérience montre qu’il ne faut pas hésiter à expliquer la gravité des symptômes de l’allergie aux serveurs pour qu’ils vérifient réellement l’absence d’allergène dans leurs plats.

Résumé sur les allergies alimentaires par l’Institut Pasteur


Cette présentation, se voulant détaillée, des allergies alimentaires, nous souhaitons vous proposer une synthèse en vidéo, mise en place par l’institut pasteur, qui revient sur les grandes lignes de ce que sont les allergies alimentaires.


Bon visionnage !




On vous tient informés ?