Blog

Un médicament contre l’allergie à l’arachide

Ce 31 Janvier 2020 marque un tournant pour les personnes atteintes d’allergie à l’arachide, et même plus largement pour toutes les personnes souffrant d’allergies alimentaires.

En effet, la FDA (Food and Drug Administration), qui est l’équivalent de l’agence de sureté du médicament aux Etats-Unis vient d’approuver le premier médicament pour traiter les enfants et adolescents allergiques à l’arachide Ce médicament baptisé Palforzia est produit par les laboratoires Aimmune Therapeutics aux USA.

Dans son fonctionnement, ce médicament applique la même logique que la réintroduction de l’allergène en milieu hospitalier, déjà pratiquée dans différents pays, C’est à dire une absorption en quantité progressive de l’allergène. Les premières prises contiennent une quantité infime de l’allergène. L’augmentation de la dose est très progressive mais doit être continue pour éviter que le corps ne produise de réaction immunitaire de défense importante. Même si ce médicament nécessite un suivi important du patient pour éviter qu’il ne vienne à représenter un risque pour la santé, il offre l’avantage non négligeable de pouvoir généraliser la pratique de la réintroduction de manière fiable, et identique pour tous les patients, avec une plus grande autonomie, et à moindre coût.

Le Palforzia devrait être disponible à la prescription en début d’année 2020 aux USA.

Les résultats satisfaisants des tests cliniques sur l’allergie à l’arachide

Le traitement par le Palforzia se compose de 3 étapes. D’abord, l’augmentation de dose initiale ( faible dose croissante), administrée sur une journée sous la supervision d’un professionnel apte à administrer les traitements d’urgence en cas de réaction forte à l’allergène Ensuite, le surdosage (administration de doses plus conséquentes) étalée sur 11 étapes d’administration étalées sur plusieurs mois, avec une première prise sous la supervision d’un médecin. cette précaution sert à pouvoir réagir en cas de choc anaphylactique notamment. Enfin, la maintenance (équilibrage d’une dose élevée).

Les tests effectués sur 500 personnes dans différents pays révèle une réussite du traitement dans 67,2% des cas, quand les patients ayant reçu un placebo bénéficient d’une amélioration dans 4% des cas.

Une bouffée d’oxygène pour les parents d’enfants allergiques à l’arachide

Aux Etats-Unis, on estime à 5% la part de la population des enfants concernés par l’allergie à l’arachide (contre 0,8% en France). Il faut savoir que les symptômes de cette allergie vont de l’eczéma, au choc anaphylactique qui peut être mortel. Les familles d’enfants allergiques à l’arachide sont contraint à un régime d’éviction totale, c’est à dire de retrait de l’arachide sous toutes ses formes (même lorsqu’il ne s’agit que de traces) dans leur alimentation. Et ce n’est pas chose facile, puisque l’arachide entre dans la composition de nombreux plats, parfois même les plus inattendus. L’huile d’arachide étant peu coûteuse son utilisation est assez fortement développée dans la restauration.

Cette maladie a donc une influence certaine sur les personnes concernées et leurs proches, et même s’ils sont vigilants, les parents d’enfants allergiques à l’arachide ne peuvent être vraiment serein, car le risque d’absorption accidentel d’arachide est constaté 90% du temps en dehors de la maison.

L’arrivée d’un traitement sur le marché sera donc sans conteste une excellente nouvelle pour de nombreuses familles dont le quotidien est intimement lié à l’allergie à l’arachide.

Un signe positif pour l’allergie à l’arachide… mais pas seulement

Si le Parfolzia ne concerne que l’allergie à l’arachide, il est cependant le premier médicament a être validé dans le monde pour le traitement des allergies alimentaires. Et son fonctionnement est semblable à la procédure de réintroduction en milieu hospitalier proposé dans le traitement d’autres allergies alimentaires. Ainsi, avec un bon équilibrage des doses administrées, d’autres traitements pourraient alors suivre pour soigner les allergies au lait de vache, aux fruits à coque, ou au gluten par exemple.

D’autres traitements en développement pour l’allergie à l’arachide

L’allergie à l’arachide bénéficie de différentes démarches dans le milieu scientifique car la population concernée est très importante. D’autres traitements sont également en développement.

Notons par exemple le développement du Viaskin par la firme française DBV Technologies qui est en phase de test sur le développement d’un patch cutané de désensibilisation à l’arachide, ainsi qu’au lait de vache et aux oeufs. Voici l’avancement de ce projet présenté sur le site de la compagnie :

Phases de développement des Viaskin début 2020. source : https://www.dbv-technologies.com/fr/pipeline/

Une autre compagnie américaine travaille actuellement sur le développement d’un vaccin nasal, contre l’allergie à l’arachide. Ce vaccin qui aurait pour but de modifier le comportement immunitaire du corps, nécessiterait une inhalation du traitement 3 fois par mois seulement. Des essais cliniques sont en cours, après le succès de tests sur des souris.

Les plus importants laboratoires à travers le monde prennent ce problème à bras le corps et les avancées sont spectaculaires. Il faut dire que c’est un marché lucratif qui s’ouvre. A titre d’exemple, les résultats concluants du Viaskin ont généré une valorisation boursière de plus d’1 milliard d’euros pour la société DBV Technologies.

Reste à savoir si les laboratoires décideront de rendre ces avancées scientifiques financièrement accessibles au plus grand nombre.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X